photo Léo
 
 
Jolies boucles noires, petit air timide. La voix suave, au contraire de l’illustre grain rauque de son père Jean-René, homme de théâtre et chroniqueur, célébrité au coude du Rhône…
Rendez-vous à Fort Greene, quartier bohème et branchouille de Brooklyn. Elle est ici chez elle. Son monde, c’est la scène, les arts au sens large. Sa colocataire est artiste-peintre. Ses fréquentations sont écrivains, photographes, vidéastes. Un vrai bouillon de culture…”

Vous êtes piqués au vif ? Vous voulez absolument savoir qui se cache derrière ce début prometteur ? Laissez-moi vous la présenter… Ah, quelle joie aujourd’hui de découvrir dans le journal suisse Le Nouvelliste, cet article, que dis-je ce portrait sur cette véritable amie et partenaire d’aventures scéniques, qu’est Eléonore Dubulluit… Ne manquez pas de le lire !

Bonne rencontre !