Lady Lee Andrews est une poétesse portoricaine. Elle officie dans un lieu apparemment charmant, sur la Plaza de Armas dans le Old San Juan, le Poet’s Passage que je n’ai pas encore visité en personne (cf to-do list), mais que des amis m’ont décrit récemment, alors même qu’ils m’offraient le troisième recueil de Lady Lee Andrews : “Changing”.

J’aime le phrasé mélodieux de ses vers grâce auxquels elle s’échappe vers la lumière. Et dans cette lumière qu’elle finit par incarner, elle prend tout à fait conscience de sa chair, de son existence, en même temps qu’elle s’en affranchit.

Ses mots parlent d’amour et de solitude d’une façon un peu rugueuse qui me touche. Ils  forment un pont vers sa propre intériorité ou, a contrario, vers un être aimé, et sont synonymes d’acceptation de la vie, de vérité, d’échange pur.

Voici deux poèmes issus de “Changing”, que je reproduis ici :

 

Lover Lover by the sea

Lover Lover by the sea

Shadows saying follow me

Footsteps playing with the waves

Watching how the sand behaves

I love you. I, love you.

 

Cold, so cold so cold so cold

But the moon is full and you are bold

Playing under a spell of happiness

With you everything exists

I love you. I, love you.

 

Moments

My breast, below your skin

Feels caressed

As I feel the wind

Run to your heart

With all my kiss within,

Each other arms

 

Each time I open my eyes

I am dreaming.

To look upon you is like breathing

In my life.

 

And to know my body’s rest

Will lay here undressed through the night

I hold you closer.

All ties undone

Where two are one

I hold you closer.

 

On the dark side of my dreams

The stars and common things

We do not know

Appear with perfect clarity.

Puerto Rico Poet's Passage