livre audio

 

 

Je suis fort absorbée en ce moment par d’autres formes d’écriture que ce présent blog et manque à l’assiduité qu’il mériterait, aussi je m’en excuse. Pour autant, j’ai toujours envie de parler de livres, et cette fois, d’un genre de livres un peu particuliers que sont les livres audio. J’avoue un faible assumé pour les livres audio, et particulièrement quand je conduis, ce qui m’arrive plus souvent qu’à mon tour. Je passe beaucoup (trop) de temps dans ma voiture, et pour transformer ce qui m’apparaissait comme une nuisance et un détournement de moi-même en un moment privilégié, les livres audio font office de miracle. Il est utile de préciser que mes trajets se font dans un cadre rustico-bucolico-tropical, et que je ne suis absolument pas soumise à la frustration du trafic citadin. De ce fait, j’ai une excellente qualité d’écoute en voiture ! Les grandes vacances ayant commencé, il m’a semblé opportun de contribuer à faire de ces transhumances autoroutières la possibilité d’une évasion de l’esprit, de l’âme et même la matière de belles conversations pour les longues soirées d’été.  Il existe maintenant une étonnante quantité de livres sous format audio, et j’en ai écouté un panel varié allant de La Bruyère à Modiano, ce qui m’a amenée à la conclusion suivante : à l’écoute, ce que j’aime le mieux, ce sont les textes littéraires plutôt modernes et les conférences de philosophie. Voici donc ma sélection (dans le désordre) !

 

PS : je crois que l’écoute d’un livre audio n’est pas encore considérée comme un délit au volant, profitons-en !

 

Lettres à un jeune poète de Rilke (lu par Laurent Terzieff)

Philosophie du temps présent, de  Luc Ferry

Le Mal, André Comte Sponville et Michel Terestchenko

Alice au Pays des Merveilles, narré par Anoux Grinberg et Daniel Prévost (on ne s’en lasse pas et les enfants adorent ! Toute la finesse du texte y éclate, c’est excellent !)

Qu’est-ce qu’une spiritualité sans Dieu, A.Comte Sponville

Alabama Song par Gilles Leroy, dit par Fanny Ardant (le roman de Leroy sur Zelda et Scott Fitzgerald, leur liaison fascinante et explosive au coeur des années 20..)

Fragments d’un discours amoureux, de Barthes, dit par Luchini

Dans le café de la jeunesse perdue, de Modiano, dit par Denis Podalydès