Quipu ou calendrier inca (www.louisg.net)

Je m’interrogeais aujourd’hui sur la façon dont je définirais la créativité, thème qui aiguise par-dessus tout ma curiosité. La créativité, c’est pour moi la propension à s’inspirer du réel ou de l’imaginaire pour inventer, c’est à dire faire exister, une nouvelle approche, qu’elle soit fonctionnelle, artistique ou les deux à la fois, à l’égard d’un sujet donné. C’est donc fournir un regard sinon neuf, du moins original sur ce sujet. Contribuer à définir son prisme en lui attribuant une (des) nouvelle(s) facette(s). C’est aussi reconsidérer d’un côté la frontière entre le réel et le mythe, et de l’autre, les limites de notre espace-temps. C’est ainsi qu’Einstein, avec sa théorie de la relativité, nous dit tout sur la créativité. En nous forçant à remettre en cause les notions de temps et d’espace, si profondément ancrées en nous, il nous demande d’aller à l’encontre de notre perception intuitive et… d’accepter qu’il n’y ait pas d’espace-temps absolu ! Einstein, père de la créativité ? Peut-être, mais j’ai aussi appris que la culture inca ne distinguait pas l’espace et le temps, et que cette notion intégrée d’espace-temps, dont ils seraient ainsi les précurseurs, ils l’appelaient “pacha”… Grande surprise, je dois dire dire, de passer par la redéfinition du pacha pour atteindre la créativité !